Dans Debian, un mouvement a été généré pour inclure un micrologiciel propriétaire dans la distribution

Steve McIntyre, leader du projet Debian pendant plusieurs années, a pris l'initiative de repenser l'attitude de Debian envers la livraison de micrologiciels propriétaires, qui n'est actuellement pas inclus dans les images d'installation officielles et est fourni dans un référentiel "non libre" séparé.

d'avis par Steve, essayer d'atteindre l'idéal de fournir uniquement des logiciels open source crée des difficultés inutile pour les utilisateurs, qui dans de nombreux cas doivent installer un micrologiciel propriétaire s'ils veulent que leur matériel fonctionne correctement.

Le micrologiciel propriétaire est placé dans un référentiel non libre séparé, ainsi que d'autres paquets distribués sous licences ouvertes et non libres. Le référentiel non-free ne fait pas officiellement partie du projet Debian et des packages qu'il contient ils ne peuvent pas être inclus dans l'installation ou les builds en direct.

Pour cette raison, les images d'installation avec un micrologiciel propriétaire sont construites séparément et sont classées comme non officielles, même si elles sont formellement développées et maintenues par le projet Debian.

Ainsi, un certain statu quo a été atteint dans la communauté, dans lequel le désir de ne distribuer que des logiciels open source et le besoin de firmware pour les utilisateurs sont combinés. Il existe également un petit ensemble de micrologiciels gratuits, inclus dans les versions officielles et le référentiel principal, mais il existe très peu de micrologiciels de ce type et ils ne suffisent pas dans la plupart des cas.

L'approche de Debian crée de nombreux problèmes, notamment des désagréments pour les utilisateurs et un gaspillage de ressources en construisant, testant et hébergeant des versions non officielles avec des micrologiciels fermés. Le projet présente les images officielles comme les principales versions recommandées, mais il ne fait que confondre ces utilisateurs car ils rencontrent des problèmes de support matériel pendant le processus d'installation.

L'utilisation de versions non officielles conduit sans le savoir à la vulgarisation de logiciels non libres, puisque l'utilisateur, avec le micrologiciel, reçoit également un référentiel non libre connecté à d'autres logiciels non libres, alors que si le micrologiciel était proposé séparément, il être possible de le faire sans inclure le référentiel non-free.

Récemment, les fabricants ont de plus en plus recours à l'utilisation de micrologiciels externes chargés par le système d'exploitation, plutôt que de fournir des micrologiciels dans la mémoire permanente des appareils eux-mêmes. Ce micrologiciel externe est requis par de nombreux adaptateurs graphiques, audio et réseau modernes.

En même temps, la question de savoir combien de micrologiciels peuvent être attribués à l'exigence de ne fournir que des logiciels libres est ambiguë, car, en fait, le micrologiciel est créé sur les périphériques matériels, et non sur le système, et il fait référence à l'équipement. Avec le même succès, les ordinateurs modernes, équipés même de distributions entièrement gratuites, exécutent des micrologiciels intégrés à l'équipement. La seule différence est que le système d'exploitation charge une partie du firmware, tandis que d'autres sont déjà installés dans la ROM ou la mémoire Flash.

Steve a présenté cinq options principales pour la conception de la version du micrologiciel dans Debian, qui doit être soumise à un vote général par les développeurs :

  1. Laissez tout tel quel, fournissez le firmware fermé uniquement dans des assemblages non officiels séparés.
  2. Arrêtez de fournir des versions non officielles avec des micrologiciels non libres et alignez la distribution sur l'idéologie du projet consistant à ne fournir que des logiciels libres.
  3. Déplacez les versions non officielles avec micrologiciel dans la catégorie officielle et expédiez-les côte à côte et au même endroit avec des versions qui n'incluent que des logiciels gratuits, ce qui permet à l'utilisateur de trouver plus facilement le micrologiciel souhaité.
  4. Inclure un micrologiciel propriétaire dans les versions officielles régulières et refuser de fournir des versions non officielles individuelles. L'inconvénient de cette approche est que le référentiel non-free est activé par défaut.
  5. Séparez le micrologiciel propriétaire du référentiel non libre dans un composant de micrologiciel non libre séparé et poussez-le vers un autre référentiel qui ne nécessite pas l'activation du référentiel non libre. Ajoutez une exception aux règles du projet qui permet à un composant de micrologiciel non libre d'être inclus dans les assemblages d'installation standard. Ainsi, il sera possible de refuser la formation d'assemblages non officiels séparés, d'inclure des micrologiciels dans des assemblages réguliers et de ne pas activer le référentiel non libre pour les utilisateurs.

Steve lui-même préconise l'adoption du cinquième point, ce qui permettra au projet de ne pas trop s'écarter de la promotion du logiciel libre, mais en même temps de rendre le produit pratique et utile pour les utilisateurs.

Le programme d'installation propose de séparer explicitement les micrologiciels libres et non libres, ce qui donne à l'utilisateur la possibilité de prendre une décision éclairée et de l'informer si le micrologiciel gratuit disponible est compatible avec le matériel actuel et s'il existe des projets de création de micrologiciels gratuits pour les appareils existants. Au stade du téléchargement, il est également prévu d'ajouter un paramètre permettant de désactiver le package avec un firmware non libre.

source: https://blog.einval.com/


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

2 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   non nommé dit

    Je pense que c'est bien comme ça avec non-free et main bien séparés, mais puisque cet homme mentionne le sujet, il est peut-être temps d'être plus radical, d'éliminer complètement non-free et d'en faire une distribution libre pure et au M le non -libre. Pour ceux qui ne l'aiment pas, les alternatives ne manquent pas, comme Ubuntu par exemple.

    Ce qu'ils ne peuvent en aucun cas, c'est mettre des logiciels non libres dans main. Je pense que s'ils le font, beaucoup abandonneront cette distribution, debian cesserait d'être debian, cela n'aurait aucun sens.

    1.    Walter dit

      Il y a quelque temps, j'ai fait un commentaire sur la note où il est question de l'approbation par vote secret dans Debian (le commentaire n'est pas encore approuvé) : https://blog.desdelinux.net/los-desarrolladores-de-debian-aprobaron-la-posibilidad-de-votacion-secreta

      Avec cette note et le commentaire, vous allez confirmer que Debian va cesser d'être ce qu'elle est.