Les développeurs de Netfilter ont défendu la prise de décision collective 

Les actuels Les développeurs du sous-système du noyau Netfilter poursuivis pour régler avec Patrick McHardy, ancien chef du projet Netfilter, qui pendant de nombreuses années a discrédité le logiciel libre et la communauté avec des attaques contre les contrevenants à la GPLv2, assimilables à du chantage et menées dans un but d'enrichissement personnel.

En 2016, McHardy a été retiré de l'équipe de développement principale de Netfilter pour violation de l'éthique, mais bénéficie toujours du fait que son code se trouve dans le noyau Linux.

Mc Hardy poussé les exigences de la GPLv2 jusqu'à l'absurde et pour des infractions mineures par des entreprises qui utilisent le noyau Linux dans leurs produits, ont demandé des sommes importantes (jusqu'à 1,8 million d'euros), sans donner le temps d'éliminer l'infraction et en présentant des conditions ridicules.

Par exemple, il obligeait les fabricants de smartphones à envoyer des copies papier du code pour les mises à jour du micrologiciel OTA fournies automatiquement, ou interprété le terme "accès au code équivalent" comme signifiant que les serveurs de code fournissent des vitesses de téléchargement pas plus lentes que les serveurs de téléchargement de binaires.

Le principal levier de ces procédures était révocation immédiate du permis du contrevenant, prévu dans la GPLv2, qui permettait de traiter la violation de la GPLv2 comme une rupture de contrat, pour laquelle une compensation monétaire pouvait être obtenue auprès du tribunal.

Le projet netfilter annonce un accord avec Patrick McHardy.
Cet accord est juridiquement contraignant et régit toute application légale activités relatives à tous les programmes et bibliothèques de programmes édités par le projet netfilter/iptables sur leur site Web ainsi que le noyau Linux. 

Pour contrer cette agression, qui a miné la réputation de Linux, certains développeurs du noyau et des sociétés dont le code est utilisé dans le noyau a pris l'initiative d'adapter les règles de la GPLv3 pour le noyau concernant la révocation de licence.

Ces règles permettre d'éliminer les problèmes identifiés avec la publication du code dans les 30 jours à compter de la date de réception de la notification, si des violations ont été détectées pour la première fois. Dans ce cas, les droits de la licence GPL sont restaurés et la licence n'est pas complètement révoquée (le contrat reste intact).

Cet accord établit que toute prise de décision concernant les activités d'application liées à netfilter doivent être fondées sur une majorité voter. Par conséquent, chaque membre de l'équipe de base active [5] au moment de demande d'exécution dispose d'un droit de vote. Cet accord couvre performances passées et nouvelles, ainsi que l'exécution des obligations

Il n'a pas été possible de résoudre pacifiquement le conflit avec McHardy et il a cessé de communiquer après avoir été expulsé de l'équipe principale de Netfilter. En 2020, les membres de l'équipe principale de Netfilter se sont rendus devant les tribunaux allemands et en 2021 sont parvenus à un règlement avec McHardy qui est défini comme juridiquement contraignant et régit toute action d'application de la loi liée au code de projet netfilter/iptables inclus dans le noyau ou distribué comme applications individuelles et bibliothèques.

En vertu de l'accord, toutes les décisions liées à la réponse aux violations de la GPL et au respect des exigences de licence GPL dans le code de Netfilter doivent être prises collectivement.

Le projet netfilter continue de soutenir "Les principes de Conformité GPL orientée vers la communauté ». Par conséquent, cet accord ne libère pas les tiers de leurs obligations de se conformer aux à partir de la licence.

La décision ne sera approuvée que si la majorité des membres actifs de l'équipe de base votent en faveur. L'accord couvre non seulement les nouvelles violations, mais peut également s'appliquer aux procédures antérieures. Ce faisant, le projet Netfilter n'abandonne pas la nécessité d'appliquer la GPL, mais adhérera plutôt aux principes d'action dans l'intérêt de la communauté et à la fourniture de temps pour supprimer la violation.

Enfin si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez vérifier les détails dans le lien suivant


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.