Insolite: quatre logiciels d'échecs ont été disqualifiés pour "dopage"

Un cas clair de pourquoi le logiciel libre est meilleur que les logiciels propriétaires et la force de la licence GNU: Rybka est un moteur d'échecs exclusif, il a remporté tous les tournois d'échecs depuis 5 ans et a été expulsé de l'ICGA Pour les raisons suivantes ...


Qui dirait que même les ordinateurs ont recours à la tricherie sportive? La Association internationale des jeux vidéo (ICGA) a décidé à l'unanimité de disqualifier Rybka, l'ordinateur d'échecs quadruple, pour le dopage numérique. Après une enquête approfondie, il a été démontré que Vasik Rakhlich Code "injecté" d'autres concurrents dans un logiciel pour améliorer les performances de votre machine. Scandale!

Rybka est connu pour avoir remporté le Championnat du monde d'échecs informatique quatre années consécutives (2007 - 2010). Cependant, après s'être rendu compte que l'ordinateur faisait des jeux similaires à ceux de certains anciens concurrents, ils ont décidé d'ouvrir un dossier à cet égard. L'association a procédé à une ingénierie inverse du code, constatant que Rybka incluait des extraits de programmation de deux terminaux précédents.

Fait intéressant, le dopage n'était pas régi par l'intégration du code, mais pour l'avoir fait sans attribution. Rybka a utilisé des parties de la programmation de des fruits, le finaliste du tournoi en 2005. Ce code avait été publié sous une licence publique GNU. Selon les règles, le comité aurait autorisé l'ordinateur à utiliser les fragments si Rajlich avait partagé le crédit.
Le piège a coûté cher au créateur de Rybka, car lui et sa progéniture sont bannis de la compétition à vie. De plus, vous devez rembourser l'argent que vous avez gagné dans les tournois. Seulement lors du championnat 2010, Rajlich a remporté environ mille euros. L'association aussi a supprimé son nom de la liste des gagnants, accordant la reconnaissance aux finalistes dudit concours.

Au-delà de la curiosité de l'événement, pour moi Je suis très intrigué par le concept de dopage numérique. Comme les athlètes qui utilisent des substances améliorant les performances, que se passe-t-il lorsque du code est inséré pour optimiser les performances d'un logiciel dans une compétition? Imaginons que je développe un programme et que je le «nourris» avec du code étranger. Je l'ai mis dans un concours et j'étais le gagnant. Comment est-il réglementé? Quelles considérations s'appliquent? Cela me semble un avantage très intéressant, un dilemme à explorer. Pour l'instant, les échecs sont dans le marasme. Pas question, triche, échec et mat!

Je me demande si la FSF envisage de déposer une plainte contre Vasik Rajlich.

source: Alt1040

Merci Juan Domingo Pueblo pour nous avoir envoyé la nouvelle!

Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

8 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Paul Salvador Moscoso dit

    hahahahaha, très drôle la présentation de l'article. Cordialement.

    Moscou

  2.   nahuelstes dit

    Oui, la nouvelle est curieuse et la manchette est toujours ingénieuse. Parler de dopage numérique a du charme! Le fait que Rybka ait utilisé des parties de la programmation de Fruit n'est pas une raison de disqualification, le problème est qu'il n'a pas respecté le type de licence qui contenait ce code:

    http://www.spanish-translator-services.com/espanol/t/gnu/gpl-ar.html (Une traduction espagnole de l'Espagne est en préparation).

    Maintenant, je dis personnellement, comment se fait-il que les logiciels des entreprises privées finissent par être les plus utilisés par la majorité des utilisateurs et que personne ne s'inquiète d'appliquer une «ingénierie inverse» à ces programmes, pilotes et systèmes d'exploitation qui nous permet de savoir à dans quelle mesure ces codes ne sont pas respectueux des standards ouverts, ceux que tous les pays peuvent suivre sur un pied d'égalité, dans quelle mesure ces programmes populaires ne doivent pas beaucoup de leur structure à d'autres codes sous licence publique générale, ce qui nous permet également de savoir à quel point exactement ces programmes nous offrent et combien d'informations collectent-ils auprès des utilisateurs?

    Il semble que l'ingénierie inverse ne fonctionne pas pour ces cas, des problèmes de droits d'auteur, je suppose!

  3.   mardigann dit

    Je ris si maintenant ils commencent à faire la même chose dans d'autres domaines, et le gâteau est découvert de savoir pourquoi les entreprises avec plus d'années insistent pour garder leurs pilotes et programmes étoiles avec O_o

    Ce serait un spectacle de voir qu'Illustrator a des morceaux de code d'Inkscape et de Corel, que les pilotes Nvidia sont une refonte d'ATI, ou que Windows7 a les trois quarts (mal copiés) d'OsX et de Linux ...

    Avec combien il aurait été facile de donner le crédit aux auteurs originaux au lieu de tout chanter pour moi 😛

  4.   Jose dit

    Dans le domaine de l'intelligence artificielle, les échecs sont morts.
    Vive le go!
    Le go, comme les échecs, est aussi un jeu de stratégie pour deux.

    http://es.wikipedia.org/wiki/Go
    http://en.wikipedia.org/wiki/Computer_Go

    Dans ce domaine, il n'y aurait pas besoin de tricher car il est encore très vert pour obtenir un bon programme comme cela se passe avec les échecs

    salutations

  5.   Cajuma dit

    Je suis d'accord avec Mardigann, ou quelqu'un doute que de nombreuses "solutions" logicielles fermées proviennent de logiciels libres, Microsoft ne prend pas en charge l'open source ou SL (http://www.codeplex.com/) parce que vous partagez votre philosophie, alors vos intentions sont très claires.

  6.   François Ospina dit

    Cela peut sembler quelque chose de carnaval que d'être «injecté» et «dopé». Mais ici, nous parlons de vol de propriété intellectuelle. Concernant les sanctions, je ne sais pas si elles ont été imposées par l'ICGA ou la FIDE, la vérité est qu'elles me rendent extrêmement forte, je pense que les prix auraient dû être enlevés et qu'ils auraient dû être interdits de participer jusqu'à ce que l'argent soit gagné revient dans les tournois.

  7.   Utilisons Linux dit

    Ouais ... c'est une façon "drôle" de dire que le gars a volé une partie du code, ce qui est un crime.

  8.   Allemand dit

    Tiemmmmmmmbleeennn !!!!